Le pic de Néouvielle et son massif

On est parti à l’assaut du Pic de Néouvielle et on s’est délassé dans les lacs du plus beau massif des Pyrénées !

 

LE TREK EN BREF

Topo Néouvielle

.

Un savoureux mélange de lacs, prairies, forêts et courts d’eau pour ce trek avec mon frère de trois jours dans la réserve naturelle nationale du Néouvielle, l’un des plus beaux massifs des Pyrénées. L’ascension du Pic de Néouvielle n’aura pas manqué d’intensité mais les paysages et vues à couper le souffle valaient bien cet effort.

.

icone montagne

JOUR 1

LAC D’OREDON – PIC DE NEOUVIELLE – REFUGE DE LA GLERE

Départ matinal (9h20) depuis le lac d’Orédon où nous avons garé la voiture. Nous montons progressivement sur un très bon sentier direction nord-nord-ouest pour atteindre les Laquettes vers 10h00. On apprécie tout de suite les paysages du coin avec ses nombreux petits lacs qui appellent à la contemplation. Mais notre première étape est longue aussi nous ne tardons pas et poursuivons notre ascension en direction de la Hourquette d’Aubert (11h00) après avoir laissé le lac du même nom sur notre gauche.

L’ascension se veut plus intense et nous commençons à distinguer au loin le Pic de Néouvielle. Peu avant l’arrivée à la Hourquette d’Aubert, nous obliquons vers la gauche pour faire un long passage de « navigation à vue » sur les rochers (12h30) en direction du glacier. Pas de sentier tracé mais seulement quelques kairns pour se guider. Une ascension à partir du barrage du lac d’Aubert est aussi envisageable voire recommandée mais le sentier n’est pas bien indiqué. Nous laissons un sac sous des pierres pour nous alléger un peu, et entamons la traversée de l’ancien glacier de Néouvielle (13h40), ce dernier ne nécessite pas d’équipements particuliers mais des crampons et un piolet sont conseillés pour le franchir.

Une fois le glacier franchi, nous entamons la dernière partie de l’ascension qui exige de grimper sur de gros rochers, toujours en naviguant à vue, et de faire quelques courtes portions d’escalade facile sur la toute fin. Nous voici au sommet du Pic de Néouvielle (3091 mètres) à 14h30 sous un beau soleil avec une vue extraordinaire sur le massif des Pyrénées. Nous ne boudons pas notre plaisir et déjeunons au sommet. 

Pas le temps de traîner car la route est encore longue vers le refuge. Nous reprenons donc le même chemin en direction de la brèche de Chausenque (2790 mètres) par le glacier en pensant à reprendre notre sac laissé sous des pierres à l’aller. Arrivés à la brèche qui permet de franchir la crête d’Espade, nous découvrons un passage très raide et instable qu’il est préférable d’éviter, d’ailleurs la gardienne du refuge de la Glère le déconseille. Ayant l’équipement nécessaire, cordes, mousquetons, sangles pour installer des relais et un système d’assurage pour sécuriser la descente, nous prenons la décision de passer par la brèche (voir l’article Safety First au sujet des équipements de sécurité). Il nous faudra environ 1h30 pour descendre jusqu’au premier lac Det Mail et de La Mourele qui laisse entrevoir la fin des pierriers et un sentier mieux tracé qui nous mène au refuge. 

Nous arrivons au refuge de la Glère à 19h00, après 1200 mètres de dénivelé positif et 800 mètres de dénivelé négatif et apprécions une bonne nuit de repos. 

.

_________

JOUR 2

REFUGE DE LA GLERE – REFUGE DE L’OULE

Contrairement à la veille, le temps est assez incertain aussi nous ne tardons pas et quittons le refuge de la Glère vers 9h20 en direction de la Hourquette de Mounicot (2547 mètres) en empruntant un sentier plus ou moins tracé passant par le lac de Mounicot.

Une fois la Hourquette de Mounicot franchi, nous redescendons vers un nouveau pierrier en direction du sentier qui remonte vers la Hourquette d’Aubert que nous atteignons vers 12h00. Nous rejoignons le bord du lac d’Aubert par le même chemin que la veille et déjeunons dans le petit abri d’hiver au bord du lac pour nous protéger de la pluie qui tombe par intermittence.

Une fois le déjeuner avalé, nous repartons sur le très beau sentier du GR 10 en longeant le lac d’Aumar en direction du col d’Estoudou (2260 mètres). Un superbe paysage s’offre à nous avec de magnifiques rivières et des prairies verdoyantes qui invitent à la pause.

Nous continuons en direction du lac de l’Oule toujours sur le GR 10 où nous arrivons à 15h45. Après une petite pause nous faisons le tour de ce grand lac pour arriver au refuge de l’Oule qui se trouve sur le bord opposé à 17h00. L’orage gronde et nous sommes heureux d’être à l’abris ce soir. 

.

_________

JOUR 3

REFUGE DE L’OULE – LAC D’OREDON

Pour cette dernière étape, nous partons du refuge de l’Oule (9h15) et nous dirigeons vers l’autre bout du lac pour aller chercher un petit chemin qui part direction ouest sur le bord gauche du lac, peu après l’ancienne cabane abandonnée. Nous montons par un petit sentier (pas toujours tracé) dans la forêt en direction du lac du Pé d’Estibère ou du Cascaret (11h00).

Un peu d’orientation et un bon dénivelé nous amènent aux lacs d’une beauté rare. L’endroit reste préservé car le GR ne passe pas par ici. On envisagerait bien de planter la tente dans le coin si on était en bivouac. Nous poursuivons sur ce petit sentier en direction du col d’Aumar (12h30) puis redescendons vers le lac du même nom.

Après un bon déjeuner (13h00) et une petite baignade revigorante, nous repartons en revenant sur nos pas vers les Laquettes (14h30) puis le lac d’Orédon (15h30) pour reprendre la voiture.

.

icone montagne

INFOS PRATIQUES

Pour se rendre sur zone, le plus pratique reste de prendre la voiture. La zone est montagneuse et les transports en commun ne montent pas jusqu’au lac d’Orédon. Il est possible de se garer avant le barrage du lac d’Orédon pour éviter de payer le parking.

Pour se loger, il est préférable de s’orienter vers les refuges gardés. Les refuges de la Glère et de l’Oule sont très bien entretenus et l’accueil y est très bon. À noter qu’il n’y a pas de douches au refuge de la Glère.

Pour les amoureux du bivouac, il existe des abris au lac d’Orédon, lac d’Aubert et près du refuge de la Glère. Attention au poids du sac dans ces zones où le dénivelé est important ! 

La réglementation de la réserve naturelle du Néouvielle (une des premières créées en France en 1936), n’interdit pas le bivouac mais le réglemente. Il est possible de bivouaquer de 19h à 9h sur des aires prévues à cet effet (proche des refuges, sous le barrage du lac d’Aubert, sous le parking du lac d’Orédon).

Pour se renseigner sur les activités de la région, le site du tourisme dans les hautes Pyrénées pourra vous donner de nombreuses idées.

 

Idées de randonnées à la journée : 

Lac d’Aubert – Col de Madamète : 2h00

Lac Orédon – Hourquette d’Aubert : 1h15

Lac d’Aubert – Hourquette d’Aubert : 1h45 (A/R)

 Lac d’Aubert – Col Estoudou : 1h00

Col d’Estoudou – Lac d’Orédon : 0h45

Horaires indicatifs donnés à l’entrée de la réserve naturelle

.

Textes et photos (c) Benoit Malot

Publicités