Le nord-est du Vercors et le Moucherotte (GR9-GR91)

3 jours en autonomie dans le nord-est du Parc Naturel Régional du Vercors en passant par le Moucherotte.

 

LE TREK EN BREF

.

C’est en contemplant les montagnes qui me faisaient face lors de mon trek dans la Chartreuse que l’idée m’ai venu d’organiser rapidement un trek pour aller découvrir le massif du Vercors tout proche. Accessible directement depuis Grenoble pour sa partie nord-est ce massif impressionne par ces grandes faces rocheuses aiguisées comme des rasoirs. C’est en autonomie et sur trois jours que nous partons à la découverte de ces montagnes mythiques.

.

icone montagne

.

JOUR 1

VIF – BARAQUE DU COL VERT

Arrivés en bus de nuit depuis Paris nous attrapons un bus de la ligne 17 en direction de la petite ville de Vif. Un pain au chocolat dans le ventre et nous voilà partis à 8h30 depuis la place centrale pour rejoindre le PR qui démarre sur la droite du cimetière par une petite rue perpendiculaire à la D1075. Nous gagnons progressivement de l’altitude sous un beau soleil ce qui ne gâche en rien le plaisir de ce premier trek de l’année. Nous passons Uriol et le petit abri de chasseurs ouverts à tous et poursuivont en direction de l’Echaillon toujours sur le PR.

Après avoir gagné de l’altitude, nous descendons rapidement vers les deux petites fermes d’estives (l’Echaillon) qui marquent la bifurcation du PR direction nord vers le col de l’Eperrimont. Nous profitons du cadre idyllique offert par les deux bâtisses entourées de montagnes pour prendre une longue pause déjeuner de 11h30 à 12h30. Nous repartons ensuite sur le sentier au milieu de vertes prairies avant de rentrer à nouveau en forêt et bifurquer à gauche pour rejoindre le col en passant par le Gros Moran (13h20). Nous longeons alors le torrent du Lavanchon pendant un long moment avant de le quitter pour gagner plus rapidement de l’altitude et atteindre le col de L’Eperrimont (1170 mètres) à 15h00.

Une brève pause nous permet de reprendre des forces avant de poursuivre en direction du Col Vert. L’idée est de trouver un endroit pour bivouaquer un peu avant ce col. Nous prenons pendant un court moment la route forestière et bifurquons à droite sur un petit sentier assez raide indiqué par un marquage vert et jaune correspondant à l‘itinéraire de la grande traversée du Vercors et du parc naturel régional du Vercors. Ce dernier nous emmène en direction du col via un sentier très raide qui nous fait rapidement atteindre 1450 mètres d’altitude. Remis de nos efforts nous poursuivons en suivant ce marquage singulier et sortons de la forêt, nous sommes maintenant en dessous des crêtes des Rochers du Ranc des Agnelons (17h15). Il ne reste alors que quelques minutes de marche avant de voir devant nous la baraque du Col Vert (juste des murs et un vieux poêle) et y trouver une petite place pour notre tente.

D’ici nous pouvons apprécier une superbe vue sur Grenoble et le massif de la Chartreuse. Au loin on distingue les sommets encore enneigés du Taillefer et du Grand Galbert

.

_______

JOUR 2

BARAQUE DU COL VERT – LE MOUCHEROTTE

Dès l’aube, le soleil ne tarde pas à darder notre tente de ses rayons. Vite levé, j’en profite pour prendre quelques clichés et regarder les marmottes qui jouent au loin. Le petit déjeuner avalé et le bivouac démonté, nous nous mettons en route (8h40) et rejoignons vite le Col Vert (9h10) sous un ciel voilé. Nous descendons ensuite pour rejoindre le refuge non gardé de Roybon ou plusieurs randonneurs itinérants ont élu domicile pour la nuit. La source du Roybon nous permet de faire le plein avant de nous élancer sur le GR91 – GRP du Tour des Quatre Montagnes (10h00). Nous voilà partis sur un sentier très agréable et quasiment plat sur plusieurs kilomètres avant de redescendre vers les pistes de ski de fond de la Salière ou nous faisons une bonne pause d’une heure et demi pour profiter du soleil.

Nous repartons à 14h00 et passons devant le gîte des Allieres qui permet de se rafraîchir ou de manger un bout au besoin. Toujours sur le GR91, nous poursuivons sur un grand chemin d’accès qui rejoint via une petite portion de route la petite station de ski de la Sierre (quelques pistes de skis et un beau domaine de ski de fond). Une fois la station passée, le GR se poursuit de façon plus soutenu en suivant des pistes qui nous font doucement prendre de l’altitude jusqu’à rejoindre la portion finale (une grande ligne droite) qui permet d’avoir une superbe vue les grands sommets du Vercors et qui nous emmène vers le Moucherotte et ses à 1901 mètres d’altitude. Ce sommet offre une superbe vue sur Grenoble et la Chartreuse et sa table d’orientation permet par grand beau temps d’observer les sommets au loin.

Nous redescendons un peu et délaissons le petit refuge non gardé (4 murs et une table) pour trouver un endroit pour bivouaquer et profiter d’un beau coucher de soleil. 

.

_________

JOUR 3

LE MOUCHEROTTE – GRENOBLE

Comme le jour précédent je me lève tôt pour profiter de l’aube et des belles couleurs du lever de soleil. Dès ma sortie de la tente j’aperçois un chamois à une vingtaine de mètres de moi. On se regarde sans bouger avant qu’il ne se décide à partir un plus loin, un beau moment!

La nuit à 1860 mètres aura été fraîche et humide et nous prenons un peu de temps pour faire sécher les duvets et la tente avant de nous mettre en route. Au programme : de la descente et 1700 mètres de dénivelé à avaler. Nous partons à 9h40 en reprenant le GR qui descend rapidement dans la forêt. Nous laissons sur notre droite les aiguilles rocheuses des Trois Pucelles qui selon la légende, représentent les trois filles du Seigneur de Naves qui furent transformées en pierre par Charlemagne. 

Sans trop forcer le pas, nous arrivons à 11h30 à Saint Nizier du Moucherotte, petit village qui a accueilli les épreuves de saut à ski pendant les Jeux olympiques de 1968. La petite bourgade ne manque pas de charme et nous décidons de faire une halte pour un rafraîchissement et en profiter pour goûter le fromage local.

Après cette petite dégustation nous reprenons le GR qui nous fait passer par des belles prairies jonchées de pissenlits avant de rejoindre peu à peu l’urbanisation en traversant les Michallons puis en passant par Seyssinet-Pariset. Nous atteignons la gare à 17h00, heureux d’avoir accompli ce beau périple. On y reviendra très certainement pour découvrir la partie sud où les sommets sont un peu plus hauts ! 

.

.

. 

icone montagne

INFOS PRATIQUES

Pour se rendre à Grenoble, pas de difficultés car la ville est très bien desservie en train et en bus. Pour rejoindre les villes environnantes dont Vif pour le départ de ce parcours il est possible de prendre les bus locaux (TAG) et notamment la ligne 17.

Pour ceux qui souhaitent découvrir le Vercors sur une période plus longue, il est possible de faire la traversée du Vercors via l‘itinéraire de la grande traversée du Vercors et du parc naturel régional du Vercors

Le massif du Vercors est une réserve naturelle, ce qui implique certaines interdictions comme la présence des chiens, la cueillette, les feux et l’abandon des déchets. Les bivouacs sont cependant autorisés de 17h à 9h. La réglementation complète et des informations complémentaires sont à retrouver sur le site du parc.     

Le site du département de l’Isère permet d’en savoir plus sur le département et les activités/sorties proposées.

.

Textes et photos (c) Benoit Malot

Publicités