CORSE – LE PLATEAU DU COSCIONE ET LES AIGUILLES DE BAVELLA

A cheval ou à pied, départ pour deux incontournables de la Corse

 

LE TREK EN BREF

.

Impossible d’échapper à l’appel de ces deux incontournables que sont le Plateau du Coscione et les Aiguilles de Bavella. Le premier surprend par ses grandes étendues parsemées de pozzines où viennent paître paisiblement les troupeaux de brebis, cochons, chevaux… A l’écart du tracé du GR 20, il mérite vraiment le détour. Le second nous plonge dans une atmosphère plus aérienne et alpine où le pied devra être sûr et les yeux grands ouverts pour ne rien louper du spectacle. 

.

icone montagne

.

JOUR 1

QUENZA – REFUGE D’ASINAU

Après une nuit passée au camping La Rivière, je monte sur Quenza en début de matinée et gare ma voiture dans la rue principale. Le temps de me préparer et me voilà parti à 8h30. Je monte à droite en prenant la D520 un peu avant l’hôtel Sole E Monti. Après quelques minutes sur le goudron, je rejoins une piste bétonnée balisée en jaune. Cette dernière laisse rapidement place à un véritable sentier (un panneau indique le Plateau du Coscione à 5h), ce trek peut maintenant commencer !

Le chemin monte progressivement pour ensuite suivre la ligne de pente ce qui rend cette mise en jambe très agréable. En contrebas on entend le grondement du torrent de San Petru. Passant à travers les fougères et enjambant les petits ruisseaux sur ce sentier sauvage, je laisse sur ma gauche les ruines de la bergerie À Finosa puis celles de la bergerie Arja Talesa (10h). Même par une météo parfaite, je ne croise personne sur ce sentier qui semble assez peu fréquenté. Le dénivelé s’accentue à l’approche du franchissement du ruisseau du Menta et une dernière section plus soutenue me fait déboucher sur un vaste plateau mêlant rochers et végétation basse (10h20). Je reviens très rapidement sur mes pas pour ne pas poursuivre sur le chemin balisé en jaune mais rester bien parallèle au cours d’eau tout en suivant un sentier très sauvage indiqué par des cairns. Il est possible de poursuivre sur le sentier balisé en jaune et de rejoindre le Plateau du Coscione par le sentier des Pâturages mais cela rallonge significativement le parcours.

En continuant tout droit (direction nord), je prends le temps de rajouter quelques cairns pour les futurs randonneurs même si l’orientation ne présente pas de difficultés. J’enjambe le ruisseau du Coscione à 11h et monte quelques minutes dans les fougères pour continuer au rythme des cairns, toujours direction nord. Je navigue maintenant sur le plateau en croisant les premiers troupeaux de brebis et rejoins aisément la bergerie de Chiralbella à 11h30. Un peu en avance sur le programme, j’improvise une balade à cheval de deux heures (30 euros) qui me fait découvrir une bonne partie du plateau avec ses pozzines et ses troupeaux d’animaux en liberté.

Après cette pause équestre, je reprends mon sac (14h) puis poursuis toujours vers le nord pour rejoindre le GR 20 (14h45) en direction du col du Monte Incudine via la Bocca di Chiralba. Le sentier monte progressivement pour m’amener au col à 16h. On pourra choisir de poursuivre pour monter au Monte Incudine (2134 mètres). Du col, la vue est superbe et une fois les nuages bas dissipés on peut voir le refuge d’Asinau en contrebas. Il ne reste alors plus qu’à descendre pour le rejoindre. Je déplie ma tente un peu avant 17h (comptez 7 euros pour l’emplacement de bivouac) ce qui me laisse le temps d’apprécier cette fin d’après-midi au soleil en discutant avec mes voisins de bivouac.

.

_________

JOUR 2

REFUGE D’ASINAU – QUENZA

Après une nuit très agitée à lutter pour pas que ma tente ne casse pas sous les assauts de la tempête, je suis heureux de voir le réveil sonné. Les autres randonneurs ont passé la même nuit que moi et nous partageons rapidement nos déboires autour du petit déjeuner. Le soleil n’est pas encore levé que je me mets en route (6h) en suivant le GR 20 pour une étape alpine à la découverte de l’un des joyaux de la Corse : les Aiguilles de Bavella.

A la lumière de la frontale, je descends pour passer la rivière (6h45) pour ensuite monter dans la forêt. Le sentier est agréable et j’arrive sans forcer à la jonction avec la variante alpine du GR 20 à 7h30. De ce point, il est possible de poursuivre sur le tracé classique du GR 20 ou de bifurquer pour passer au plus près des Aiguilles. Je prends cette option et amorce la variante en suivant le sentier balisé en jaune. Le paysage devient de plus en plus minéral à mesure que je monte et la vue se dégage offrant un panorama magnifique en ce début de journée. Au loin les montagnes laissent place au turquoise de la mer. Le sentier s’enfonce au milieu des Aiguilles et devient plus alpin. Les mains sont mises à contribution et un passage nécessite d’utiliser la chaîne en place. En somme, quelques passages d’escalade facile mais rien d’insurmontable pour qui a le pied alpin et n’est pas sensible à la verticalité. La variante se termine par une belle descente avant de rejoindre le tracé normal du GR 20 (9h20). Je fais une petite pause au parking du col de Bavella avant de repartir (10h) sur le tracé normal du GR en direction du nord.

Me voilà lancé pour une heure de marche dont les deux tiers se feront à l’abri de la forêt. Peu de temps après avoir croisé le ruisseau d’Aya Murata, j’atteins la jonction pour Quenza (panneau jaune). Cette dernière n’est pas indiquée sur les cartes IGN car trop récente mais pas d’inquiétudes car elle est néanmoins très bien balisée (jaune). Le sentier descend assez rapidement dans la forêt en coupant une piste forestière avant de traverser le ruisseau d’Asinau. Arrivé au dit ruisseau, je profite d’une bonne pause pour me rafraîchir, manger et faire une petite sieste méritée après cette nuit mouvementée. Ce n’est qu’une heure et demi plus tard que je me remets en route (12h40).

Je remonte et rejoins facilement une piste forestière qui m’emmène jusqu’au petit village de Prugna. J’avale une portion de route et poursuis sur le sentier de la liaison entre Quenza et le refuge d’Asinau. Sans forcer, je suis à 14h30 à Quenza et termine ce trek par un petit rafraîchissement sur la terrasse ombragée de l’hôtel Sole E Monti.

.

icone montagne

INFOS PRATIQUES

Pour se rendre à Quenza ainsi qu’au point de départ de la boucle, le plus simple reste la voiture car le secteur est très mal desservi en transports. 

Il est possible d’envisager de se rendre sur le Plateau du Coscione à la journée en se garant sur le parking du gîte d’étape de Bucchinera. Idem pour la variante alpine des Aiguilles de Bavella qui est accessible depuis le parking du col de Bavella.

Toutes les informations relatives aux hébergements sur le GR 20 sont disponibles sur le site officiel.

 

Textes et photos (c) Benoit Malot