Je bivouaque, nous bivouaquons

7 conseils pour bien planter sa tente 🏕

LE BIVOUAC C’EST QUOI ?

Ce que l’on appelle communément un bivouac c’est un campement rudimentaire qui permet de passer la nuit en pleine nature. Trois grandes caractéristiques distinguent le bivouac du camping : 

– une nuit maximum au même endroit,

– on monte sa tente à partir de 19h et on la démonte avant 9h le matin, 

– la tente ne doit pas permettre de se tenir debout à l’intérieur.

Le cadre juridique du bivouac est flou en raison du nombre important de décrets ou arrêtés préfectoraux prévoyant des dispositions particulières en fonction des zones d’application. Il est par ailleurs souvent associé au camping à tort.

.

.Icone sapin

.

POUR RÉUSSIR SON BIVOUAC, VOICI QUELQUES CONSEILS !

.

#1. ON SE RENSEIGNE SUR LA LÉGISLATION

C’est toujours frustrant de prendre une amende parce que l’on a planté sa tente au mauvais endroit. La parade la plus efficace pour éviter ce désagrément est de bien se renseigner sur la législation en place dans la zone de bivouac envisagée.

Pour cela rien de mieux que de consulter en amont le site Legifrance qui fait état de la législation en place. On peut par exemple y trouver le décret sur le parc national des Calanques qui précise que le bivouac est formellement interdit. Si ce site ne suffit pas on peut aussi contacter le responsable du parc national ou de la zone concernée. On peut avoir des bonnes surprises comme dans le massif de Néouvielle où le bivouac est toléré de 19h à 9h ou bien dans le parc national du Lubéron où le bivouac est toléré hors de la période estivale. 

Dans tous les cas, renseignez-vous en amont de votre trek pour envisager des solutions alternatives comme des refuges. 

.

#2. ON TROUVE UN ENDROIT PROPICE AU BIVOUAC

L’idéal serait de se mettre sur un endroit utilisé auparavant pour un bivouac. Mais cette situation ne se présente pas dans tout les cas. Dans le cas d’une zone non fréquentée, on peut aménager une zone plane en déplaçant le moins possible les pierres et la flore environnante. On évitera les endroits sous des arbres âgés pour les chutes de branches en cas de vent.

On peut orienter sa tente de manière à ce que le soleil vienne la réchauffer dès les premiers rayons (le soleil se lève à l’Est).

La proximité d’une rivière et un accès à l’eau permet de faciliter la vie au bivouac notamment pour la vaisselle ou pour se laver. On évitera cependant de poser sa tente sur les berges en cas de crues rapides. Un orage qui éclate à plusieurs dizaines de kilomètres du bivouac peut venir gonfler rapidement le lit de la rivière à côté de laquelle vous dormez. On évite aussi les crêtes en montagne en raison des risques d’orages.

.

#3. ON FAIT DU FEU AVEC PARCIMONIE

De façon générale, il est préférable de limiter l’usage de feu. Il est d’ailleurs très souvent interdit en raison des risques d’incendies. En cas de nécessité comme dans une situation de froid, voici quelques conseils pour en limiter l’impact sur la nature :

– Bien délimiter la zone du feu avec des pierres,

– Avoir de l’eau à proximité,

– Ne ramasser et utiliser que des branches mortes et au sol, ces dernières brûlent d’ailleurs bien mieux,

– N’utilisez en aucun cas de l’essence ou de l’alcool pour allumer,

– Au moment du départ, veiller scrupuleusement à bien s’assurer que le feu est éteint et qu’aucune braise n’est encore chaude. Recouvrir si possible le feu éteint avec des pierres pour limiter l’envol des cendres.

.

#4. ON RESPECTE LA NATURE 

La règle d’or du bivouaqueur ! On évite par exemple de défricher une zone où la végétation est présente pour poser sa tente. On pourra utiliser l’eau de la rivière pour les plus motivés mais on évite de se laver directement dedans avec du savon (biodégradable bien sur). 

.

#5. ON FAIT ATTENTION AUX ANIMAUX 

Attention à bien protéger sa nourriture la nuit des sangliers ou autres animaux nocturnes. Pensez à bien fermer sa tente quand on est à l’extérieur pour ne pas attirer les insectes.

De même pour les sacs qui sont souvent stockés sous le auvent, bien les fermer pour ne pas se retrouver avec une fourmilière dedans au moment de repartir…

.

#6. ON EFFACE TOUTE TRACE DE SA VENUE

Un bon bivouaqueur est un bivouaqueur qui ne se voit pas et dont on ne détecte pas le passage. Si quand vous partez votre spot de bivouac est comme à l’arrivée voire mieux c’est que votre bivouac est réussi.

Pour cela on part avec ses détritus et on enterre ses besoins. Si des détritus sont présents on les ramasse en pensant aux prochains aventuriers qui passeront à cet endroit 🙂 

.

#7. ON EST DISCRET

Règle qui va de paire avec la précédente et qui reste un bon moyen d’observer la faune !

.

BON BIVOUAC !

.

Textes et photos (c) Benoit Malot

.

 

Publicités