Balisage et signalisation en randonnée

Tout savoir pour éviter de se tromper de chemin ou de se perdre. 

Es-tu sûr que nous sommes le bon chemin ? C’est la question que tout randonneur a posé au moins une fois à son partenaire lors d’un trek. Pour éviter de prendre le mauvais sentier, de faire des détours ou tout simplement de se perdre, il est important de bien connaitre la signalisation existante mais aussi de savoir repérer les indications sur le terrain quand la signalisation est défaillante. Petit retour sur les principaux balisages.

 

 

PR

Le PR ou sentier de Promenade et Randonnée est un itinéraire linéaire ou en boucle d’une durée égale ou inférieure à la journée. Par « itinéraire à la journée », il faut comprendre une journée de marche d’environ 20 à 25 km maximum et 8 heures de marche dans un secteur montagneux. 

.Pour le repérer il faut trouver des balises de couleur jaune sur le parcours. Il est souvent identifié par un numéro et un nom. Par exemple le PR6.

Dans certains cas le PR peut être couplé à un ou plusieurs PR sous la forme d’un réseau de dimension variable, adapté aux pratiques des différents publics. Pour ne pas gêner l’orientation, ils sont dans ce cas numérotés ou appelés d’une façon différente. 

.

.

;

GR

Le GR ou sentier de Grande Randonnée est un itinéraire linéaire ou en boucle sans limitation de durée ou de kilométrage. Les GR s’étendent généralement sur de très longues portions dont certains sur plusieurs centaines de kilomètres. Certains GR jouissent d’une grande renommée et sont classés parmi les plus beaux du Monde, comme le GR20 en Corse ou le GR10 qui traverse les Pyrénées par exemple. 

Pour le repérer il faut trouver des balises de couleurs blanche et rouge sur le parcours. Attention à ne pas confondre le marquage du GR avec certains marquages forestiers qui utilisent parfois les mêmes codes couleurs sous la forme d’un carré blanc avec un trace rouge à l’intérieur (voir la section sur les autres signalisations). Il faut toujours chercher deux rectangles parallèles de même taille.

.

 

 

;

GRP

Le GRP ou sentier de Grande Randonnée de Pays est un itinéraire linéaire ou en boucle sans limitation de durée ou de kilométrage. Cette dénomination est utilisée lorsque le parcours se situe dans une même zone géographique. 

Pour le repérer il faut trouver des balises de couleurs jaune et rouge sur le parcours. Il est souvent identifié par un nom. Par exemple le GRP – Boucle des Monts de la Margeride.

Dans certains cas le GRP peut suivre un GR existant sur une partie du parcours. Dans ce cas,  c’est la signalisation du GR qui prend alors le dessus avec une dénomination jumelée (par exemple : GR4 – GRP du Tour de la Margeride).

.

;

;.

.AUTRES SIGNALISATIONS 

.

COMMENT REPÉRER LA SIGNALISATION  ? 

Le marquage est réalisé en fonction du terrain. Sur des sentiers très fréquentés, il est souvent présent sur des panneaux (par exemple dans le massif du Luberon) qui indiquent les directions et les temps de parcours.

Dans des zones moins fréquentées ou plus montagneuses, il peut être marqué sur des rochers, arbres, murs… Attention donc à bien repérer les marquages dont la fréquence varie en fonction du terrain.

COMMENT ÉVITER DE SE PERDRE  ?

Pour vérifier que l’on se trouve sur le bon chemin, voici quelques habitudes à prendre :

  • Consulter sa carte à intervalle régulier (15/20 minutes) pour vérifier sa progression.
  • Valider sa position avec les éléments topographiques (montagnes, cours d’eau, habitations, routes…).
  • Utiliser une boussole, un altimètre pour contrôler la direction et l’altitude. 
  • Reporter sur la carte ou dans un carnet, l’heure de passage aux points stratégiques (croisement, cols, villages…). Pour ma part je fais des photos ce qui permet d’avoir à la fois l’heure et un souvenir visuel.

 

JE PENSE ETRE PERDU, QUE FAIRE ?  

Pour éviter de se perdre, il est impératif de bien préparer son itinéraire en amont (voir article). Si malgré tout, l’orientation n’est pas aussi simple que prévue, appliquez la méthode S.T.O.P (c) Manuel du randonneur de Rob Beattie  :

  • Stoppez toute progression et admettez que vous êtes perdu. Ne persistez pas dans l’erreur surtout lorsque vous mènez un groupe.  
  • Prenez le Temps de réfléchir. Quelle était la précédente position connue et le chemin parcouru depuis ? Si la position du dernier relevé est proche, retournez-y et assurez vous d’avoir pris le bon chemin ou de ne pas avoir loupé une bifurcation. Consultez vos notes et photos. 
  • Observez aux alentours pour voir si vous ne trouvez pas un élément topographique correspondant sur la carte (route, chemin, montagne, habitation) et consultez votre boussole et altimètre pour affiner votre relevé. Il est conseillé de chercher un point en hauteur afin d’avoir une meilleure vue sur les environs et pouvoir ainsi retrouver des repères. Une fois en hauteur, positionnez la carte de façon à identifier votre position par rapport à ces derniers. Attention cependant, certains repères comme les lacs ont la fâcheuse tendance à tous se ressembler. 
  •  Planifiez la suite des événements. Avez-vous de quoi bivouaquer ? Est-il possible d’appeler les secours ? Quelle est la quantité de vivres restante ?

Dans tous les cas ne paniquez pas ! 

.

.

 

 

 

 

 

Publicités