GRÈCE – Mont Olympe (Mytikas et Stefani)

2 jours dans les montagnes de l’Olympe à l’assaut des deux plus hauts sommets de Grèce.

 

LE TREK EN BREF

.

Cette année nous mettons le cap sur la Grèce pour notre voyage annuel à l’étranger ! Direction le cadre mythique et mythologique des montagnes de l’Olympe pour une aventure en montagne. Celle-ci nous emmènera en haut des deux plus hauts sommets grecs : le Mytikas et le Stefani respectivement appelés Panthéon des Dieux et Trône de Zeus dans la tradition grecque. C’est les casques et la corde dans le sac que nous partons pour cette aventure très sportive qui ne manquera pas d’adrénaline !

.

icone montagne

.

JOUR 1

GORTSIA – REFUGE CHRISTOS KAKALOS (C)

Après avoir garé la voiture sur le petit parking de Gortsia et déposé nos co-voitureurs que nous amenions depuis l’auberge Summit Zero, nous démarrons à 09h30 et nous nous enfonçons dans la forêt par le petit sentier balisé par des carrés rouges qui part au bout du parking. Un panneau permet à ceux qui ont oublié leur carte d’avoir quelques repères sur le tracé. Le sentier est très bien marqué et constitue une très bonne mise en jambe car il monte progressivement sans difficultés d’orientation. Une heure plus tard, nous bifurquons à gauche au niveau d’un petit abri sommaire en poursuivant toujours dans la forêt.

Les nuages sont de la partie et ne nous laissent pas profiter du paysage. C’est donc dans la brume que nous continuons d’avancer et faisons un petit arrêt à Koka pour manger une barre de céréales avant de repartir en direction du refuge de Petrostrouga que nous atteignons à 12h15 sans trop nous presser. Nous suivons le marquage rouge et sortons peu à peu de la forêt tout en gagnant de l’altitude. Vers 2100 mètres la végétation se fait plus rare et la température fraîchit (environ 12 degrés). La faim se fait sentir et nous décidons de faire une pause pour déjeuner vers 13h30 pour repartir 45 minutes plus tard. Les nuages ne nous lâchent pas et c’est dans la brume que nous atteignons le sommet de Skourta (2476 mètres).

Nous cheminons maintenant sur la crête de Lemos sur un chemin pierreux très bien entretenu où passent les chevaux qui approvisionnent les refuges en vivres. Peu avant le passage de Giosos (15h30) qui ne présente pas de difficultés particulière, un simple passage où le vide peut être impressionnant mais le chemin reste assez large (rien à voir donc avec ce qui va suivre lors de nos deux ascensions), nous dépassons la frontière nuageuse. Nous pouvons enfin apprécier les superbes paysages qui s’offrent à nous.

Pas encore de Mont Olympe à l’horizon mais une belle zone d’alpages où les chamois présents par dizaines paissent tranquillement sans trop se soucier de notre passage. En continuant à cheminer sur le plateau herbeux aussi appelé le Plateau des Muses, le chemin se divise en deux. Le premier part sur la droite en direction du refuge S.E.O – Giosos Apostolidis, posé à 2697 mètres au pied du Mont Olympe. Pour nous ce sera le chemin de gauche vers le refuge C – Christos Kakalos que nous atteignons à 16h30.

Posé au bord de la crête il offre une vue imprenable sur le Mont Olympe et nous permet d’apprécier le spectacle magnifique des nuages qui se déversent dans la vallée (voir vidéo). Il ne nous reste plus qu’à profiter du paysage et à nous reposer pour le lendemain !

.

.

_________

JOUR 2

#1 REFUGE C – STEFANI – MYTIKAS  

Après une bonne nuit quelque peu mouvementée par le nombre de personnes occupant le refuge, réveil à 6h45 pour un départ à 8h00. Le soleil est au rendez-vous et la température bien que fraîche ne nécessite pas d’enfiler les gants et le bonnet. Le petit déjeuner dans le ventre, c’est avec les casques accrochés aux sacs et la corde à portée de main que nous nous dirigeons vers la dent du Mont Olympe qui se dresse majestueusement devant nous, éclairée par les premiers rayons du soleil. Le chemin d’approche depuis les deux refuges (SEO ou C) longe la grande face rocheuse avant de tourner légèrement sur la droite pour arriver aux départs des voies vers les sommets (une voie pour Stéfani et deux pour le Mytikas).

Nous nous arrêtons à la première voie 45 minutes après notre départ du refuge. Un petit groupe de grecs devisent gentiment au pied d’une voie. Ils nous indiquent dans un anglais sommaire que la voie d’accès au plus haut sommet est ici. Confiants, nous ne prenons pas le temps de regarder la carte et nous démarrons sans le savoir l’ascension du Stéfani (2912m) qui est le petit frère du Mytikas. La voie nous fait face, directe et sans détour et nous voilà partis pour 45 minutes d’escalade facile (scrambling pour les anglo-saxons !) en suivant les marquages jaunes peints sur les rochers que l’on ne peut pas manquer. Certains passages sont plus exigeants et nécessitent d’être à l’aise en escalade. Avec un bon rythme, nous arrivons au sommet à 9h50, soit une heure après notre démarrage depuis le bas de la voie ! L’arête qui mène au sommet est très abrupte et comporte des passages vertigineux, un encordement y est indispensable.

Au sommet du Trône de Zeus nos doutes disparaissent et une conclusion s’impose : nous ne sommes pas du tout au sommet du Mytikas ! Ce dernier trône fièrement à quelques dizaines de mètres! Impossible cependant de le rejoindre directement car les deux sommets sont séparés par un vide impressionnant.

Après avoir profité de la vue (voir photos ci-dessous) en ce jour où le ciel est totalement dégagé, nous redescendons pour rejoindre le chemin d’approche (10h50) et repartir pour le Mytikas cette fois! Pour la descente, j’utiliserai la corde pour assurer Isabelle dans les passages les plus raides. A noter qu’il n’y a pas d’équipements en place (pitons, spits) sur cette voie, un ou plusieurs anneaux de sangle sont donc recommandés pour installer des rappels au besoin.

 

.

De retour sur le chemin, c’est avec la carte dans les mains que nous poursuivons pendant quelques minutes en passant le premier départ de la voie vers le Mytikas (voie raide qui monte directement au sommet) et nous arrêtons à l‘indication jaune (approximativement Kakoekana). Cette voie d’accès est un peu moins abrupte car elle monte en diagonale jusqu’à l’arête du massif. Nous démarrons notre ascension de cette première partie à 11h15 en suivant les marquages jaunes à nouveau. Elle sera assez similaire au Stefani avec quelques passages plus compliqués mais généralement un peu moins abrupte. Nous arrivons à l’arête à 11h50 et poursuivons ensuite sur la droite en suivant la direction Mytikas indiquée par les marquages ronds rouges et jaunes. La difficulté augmente et la première section monte rapidement sur le rocher en escalade facile. Des pitons sont présents si un assurage est nécessaire. Une fois la première partie effectuée nous descendons via une petite ligne de vie un passage très étroit et à-pic des deux côtés, cœurs sensible s’abstenir!

Nous poursuivons ensuite sur une vire étroite qui mène sur un passage descendant ou j’assurerai à nouveau Isabelle. La vue est impressionnante et vertigineuse car des deux côtés la pente est très raide. Une fois ce passage délicat négocié, nous remontons la dernière partie pour accéder au sommet. Nous voici à 13h00 en haut du Panthéon des Dieux ! Notre ascension aura duré près de deux heures depuis le pied de la voie.

Nous restons quelques minutes pour apprécier la superbe vue et laisser le temps aux groupes menés par les guides de prendre un peu d’avance pour ne pas nous gêner, puis nous entamons la descente car notre journée est loin d’être terminée. Nous connaissons maintenant les parties délicates et avançons sereinement pour le retour. J’assure néanmoins Isabelle grâce aux pitons en place sur les parties les plus raides pour éviter tout risque de chute. Sur la dernière partie, j’installe plusieurs rappels pour descendre plus rapidement. Nous serons de retour sur le chemin de l’arête à 14h00 puis au chemin de randonnée à 14h40 sans mollir.

.

#2 REFUGE C – GORTSIA

Nous repartons en direction du refuge C que nous atteignons à 15h15, le chemin est légèrement descendant ce qui rend le retour au refuge très agréable. Nous déjeunons rapidement et rangeons le matériel d’ascension (casques et corde) avant de nous remettre en route sur le chemin emprunté à l’aller via la crête Lemos et le Skourta. Cette fois les nuages ont laissé place à un beau soleil et nous pouvons apprécier la superbe vue que nous avons manquée la veille depuis la crête.

Pour varier les plaisirs et gagner un peu de temps, nous bifurquons cette fois à droite après le Skourta pour prendre le chemin Anathema (15h50) indiqué par des marqueurs et traces de peinture rouges. Le sentier suit la crête avant de s’enfoncer dans la forêt en descendant rapidement. Il faut faire attention à bien repérer les marqueurs sur les arbres ou au sol. Le chemin est moins emprunté, abrupte, et assez peu tracé sur certaines parties.

Au croisement avec le chemin qui mène au refuge Petrostrouga (en prenant à gauche) et à Prionia (en prenant à droite), nous poursuivons tout droit toujours en suivant les marqueurs rouges et continuons à descendre dans la forêt. Nous atteignons finalement l’intersection avec le chemin vers Gortsia que nous avons pris à l’aller à 18h30. Une petite construction (certainement une source captée) avec un drapeau grec nous servira de point de repère. Sans tarder nous prenons le chemin direction Koka puis l’intersection Barba avant de prendre à droite sur la portion finale qui nous mène jusqu’à Gortsia à la lumière des frontales. Nous serons au parking à 20h30 !

2 jours très sportifs et une journée de 12 heures où nous avons réalisé les deux plus hauts sommets de Grèce ! Une belle aventure qui nous laissera de très beaux souvenirs et quelques courbatures 🙂 

.

.

. 

icone montagne

INFOS PRATIQUES

Pour réaliser le Mytikas, il est possible de partir de Prionia ou de Gorstia. Depuis ces deux points de départ, il est possible de réaliser une boucle de plusieurs jours dans le massif du Mont Olympe. Pour se rendre à Gorstia ou Prionia, l’idéal reste la voiture sinon le covoiturage ou le taxi depuis Litochourou. Des parkings permettent de se garer aux deux points de départ.

Quatre possibilités d’hébergement : le refuge Petrostrouga accessible depuis Gorstia, le refuge A (le plus connu et le plus fréquenté), le refuge S.E.O – Giosos Apostolidis et le refuge C – Christos Kakalos tous deux proches des voies d’accès au sommet et que je recommande car ils permettent de raccourcir considérablement la marche d’approche. Pour réserver et avoir plus d’informations sur les refuges, consultez le site: www.olympus-climbing.gr

Les deux sommets (Stefani et Mytikas) ne sont pas des sommets de randonnée et ne doivent pas être pris à la légère ! Ils nécessitent un bon entraînement et d’être à l’aise avec la verticalité et la progression en rocher en escalade facile. Si vous partez sans guide il est impératif de maîtriser les techniques d’assurage car certains passages sont exposés. Dans le cas contraire, des guides proposent leurs services pour emmener les groupes au sommet. 

Du côté de l’équipement, il est impératif d’emporter des bonnes chaussures (des chaussures d’alpinisme étant recommandées pour plus de stabilité en rocher), un casque car certaines parties sont exposées et le nécessaire pour assurer si le besoin s’en fait sentir (au minimum une corde de 30 mètres type Approach de Millet, un ou deux mousquetons HMS et un ou deux anneaux de sangle).

Enfin, avant de partir,  procurez-vous la carte Anavasi Topo 25 MT Olympus qui vous sera fort utile.

.

Textes et photos (c) Benoit Malot

Publicités